opencascade.com
Open CASCADE home Contacts | Mailing List | Inquiry Form
The Open CASCADE Newsletter
 > Open CASCADE Newsletter - N° 4 - 21-02-2001

   
OPEN SOURCE FOR THE COMPETITIVE EDGE
 

Open CASCADE: What is Open Source?

Bernard Lang: To start, it will be useful to define some terminology. I make no distinction between open-source software and free software. For me, they are both software programs whose source code is available and accessible to everyone, with authorization to duplicate, modify and redistribute. However, this does not necessarily mean that they are free of cost. For example, Gnat from Ada Core Technologies is an Ada compiler sold with its source code. The company earns money primarily through the services it proposes. It is an economically viable model, although different from the one recommended by companies like Microsoft or Oracle.

Today, we face a paradox. On the one hand, companies adhere to the idea that a free exchange of goods coupled to a free market is a good thing for the economy. On the other, they rely heavily on patents and industrial secrets to avoid divulging information on their products. These security blocks hinder the circulation of information. With open-source software, development is based on the free-exchange model of scientific research: information circulates freely on the Internet and everyone can participate in the improvement of a piece of software. There is collaboration and rivalry, a blending of ideas, then judgement of results by peers. This combination of cooperation and competitiveness has proved to be the most efficient economically.

The software market is by nature monopolistic because of its economic structure. Therefore, it is very much in the interest of companies to adopt open-source applications, since by so doing, they will obtain full control of their IT tools. They will have all they need to adapt the software to their particular situation. In addition, they will no longer depend on outside companies. They will profit from a freedom that also ensures future security. A company cannot accept to be dependent on only one IT supplier for crucial applications. Zero cost is also an obvious advantage of free software. For example, the deployment of over a thousand seats using Windows implies a substantial investment, which is not the case with the Linux operating system. In particular, free software represents a technical and financial advantage for the companies that incorporate these applications in original products.

Finally, governments have realized the advantage of free software because they recommend its use in different administrations (notably in France and the U.S.). Thus, the American Department of Defense will be deploying Linux on a large number of servers. On this side of the ocean, large French accounts are increasingly interested in free software.

Open CASCADE: What are the obstacles to companies adopting free software?

Bernard Lang: First of all, a lack of familiarity with the open-source software model, with its viability and efficiency, which are reflected in the growing number of companies today who produce or develop free software. Only two years ago, companies hid the fact that they used free software; today, they can use it as a sales argument. Another obstacle: IT managers who reassure themselves with so-called "universal" standards, like the Word file format. They adopt an attitude based on the idea that "if everyone uses it, it must be good", thereby ensuring that their responsibility will not be called into question.

There is also the reticence of professionals trained on proprietary software like Windows or Oracle. They have the impression that their competence will be menaced by the arrival of free software in their company. It is one of the direct consequences of product-oriented training. On the contrary, it is necessary to develop broad training programs that will facilitate passing from one software or environment to another. Finally, companies have understandable worries about the longevity of open-source products.

All of these barriers are gradually disappearing. Today, more and more service companies are specialized in the domain of open-source software. I'm thinking, for example, of Alcove or Idealx. Their growth is impressive. Idealx now has over 70 employees after just one year of existence. They attract young engineers who see in these companies another vision of information technology, more modern and much freer.

Open CASCADE: Why is Open CASCADE strategic for the open-source movement?

Bernard Lang: Because it is a project that demonstrates that adopting the free software model provides a competitive advantage. If Matra Datavision had not chosen the open-source solution, it would have been increasingly difficult for the company to impose itself on the industrial 3D market. Economically, the future of CAS.CADE was unclear, not because of any technical or commercial shortcomings, but because the market laws that apply to software invariably create monopolies. Free software re-introduces a competitive situation, one that is particularly beneficial for users and viable for producers. Matra Datavision chose the right path in making its API available in Open Source while maintaining its internal development teams. This enabled ensuring the software's long-term viability, as well as its maturity through a broader development community. This development community is currently the force behind an increase in service activities. In the end, market share has all the chances of growing and Open CASCADE of becoming a dominant product. In the world of IT, the first mover is often the big winner.

Open CASCADE: What is the future of free software?

Bernard Lang: We are going to see the generalization of free software in all industrial sectors, in education, etc. I am confident in the future of free software. The economic model based on it is viable. Nevertheless, in certain specific cases, where a particular know-how tied to a proprietary software is indispensable (trade-specific software), or where the developer community is too small, free software is perhaps not as justifiable. Also, in certain areas like office software, open-source applications need to become more available, and this is currently the trend.

For more information on the AFUL, see http://www.aful.org (the site is in French).


 
OPEN SOURCE ET L'AVANTAGE COMPETITIF

 

Open CASCADE : Qu'est-ce que l'Open Source ?

Bernard Lang : Tout d'abord, il convient de donner quelques précisions sur la terminologie. Logiciels Open Source ou logiciels libres, je ne fais pas de distinction. Il s'agit de programmes informatiques dont les codes sources sont disponibles et accessibles à tous avec autorisation de les dupliquer, modifier et rediffuser. Attention, cela ne signifie pas nécessairement que les logiciels sont gratuits. Par exemple, Gnat d'Ada Core Technologies est un compilateur Ada vendu avec son code source. L'entreprise se rémunère principalement grâce aux services qu'elle propose. C'est un modèle économiquement viable, bien que différent de celui prôné par des firmes comme Microsoft ou Oracle.

Aujourd'hui, il existe un paradoxe. D'une part les entreprises adhèrent à l'idée que le libre échange des biens couplé à la libre concurrence est une bonne chose pour l'économie. Mais d'un autre côté, elles s'appuient largement sur le dépôt de brevets et le secret industriel pour éviter de divulguer des informations sur leurs produits. Ces verrous de sécurité empêchent la circulation de l'information. Avec le modèle des logiciels libres, le mode de développement adopté est calqué sur celui, libre-échangiste, de la recherche scientifique. L'information circule sur Internet et tout le monde peut participer à l'amélioration d'un logiciel. Il y a collaboration et concurrence, fusion des idées, puis jugement du résultats par ses pairs. Ce couple coopération / concurrence a fait ses preuves comme étant le plus économiquement efficace.

Le marché des logiciels commerciaux est par nature un marché monopolistique, en raison de sa structure économique. Les entreprises ont donc tout intérêt à miser sur des applications Open Source car elles accèdent ainsi à la maîtrise de leurs outils informatiques. Elles ont tous les éléments en main pour les adapter à leurs besoins. De plus, elles ne dépendent plus de société tiers. Elles profitent d'une liberté supplémentaire qui est également une sécurité pour l'avenir. En effet, pour une entreprise, il est inacceptable d'être sous la coupe d'un seul fournisseur pour son informatique et ses applications cruciales. La gratuité est aussi un avantage des logiciels libres, auquel les entreprises sont sensibles. Par exemple, déployer plus d'un millier de postes clients sous Windows implique de débourser une somme rondelette, ce qui n'est pas le cas avec le système d'exploitation Linux. En particulier, les logiciels libres représentent un avantage technique et financier pour les entreprises qui incorporent ces logiciels dans des produits originaux.

Enfin, les gouvernements ont bien compris l'intérêt des logiciels libres puisqu'ils préconisent leur emploi dans les ministères (notamment en France et aux Etats-Unis). Ainsi, le Ministère de la Défense américain va déployer Linux sur de nombreux serveurs. De même, les grands comptes français s'intéressent également de plus en plus aux logiciels libres.

Open CASCADE : Qu'est-ce qui freinerait l'adoption des logiciels libres par les entreprises ?

Bernard Lang : Il y a tout d'abord la méconnaissance du modèle économique des logiciels libres, de sa viabilité et de son efficacité, qui se manifestent aujourd'hui par un nombre croissant d'entreprises produisant ou développant des logiciels libres. S'il n'y a que 2 ans elles ne les utilisaient qu'en s'en cachant, les entreprises peuvent aujourd'hui en faire un argument commercial. Autre frein : les responsables informatiques se rassurent avec des standards dits "universels", comme par exemple le format de fichier Word. Ils adoptent une attitude fondée sur l'idée que "si tout le monde l'utilise c'est que cela doit être bien" et qu'ainsi leur responsabilité ne sera pas prise en défaut.

Ensuite, il y a la réticence des professionnels formés aux logiciels propriétaires, comme Windows ou Oracle. Ils ont l'impression que leurs compétences seront remises en cause par l'arrivée des logiciels libres dans leur entreprise. C'est une des conséquences directes des formations orientées produits. Il faut, au contraire, développer des formations généralistes afin de faciliter la passage d'un logiciel ou d'un environnement à un autre. Enfin, il existe une inquiétude compréhensible des responsables d'entreprises vis à vis de la pérennité des produits Open Source.

Toutes ces barrières tombent progressivement. Désormais, il existe de plus en plus de sociétés de services spécialisées dans le domaine des logiciels libres. Je pense par exemple à Alcôve ou Idealx. Elles montrent actuellement une croissance phénoménale. Idealx compte ainsi plus de 70 personnes après un an d'activité. Elles attirent de jeunes ingénieurs qui y voient une autre vision de l'informatique, plus moderne et plus libre.

Open CASCADE : Pourquoi Open CASCADE est-il stratégique pour l'Open Source ?

Bernard Lang : Il s'agit d'un projet qui démontre que devenir un logiciel libre est un avantage concurrentiel. Si elle n'avait pas basculé dans l'Open Source, Matra Datavision aurait eu de plus en plus de difficultés à s'imposer dans le marché de la 3D industrielle. Economiquement, CASCADE était condamné à plus ou moins brève échéance, non en raison de manquements techniques ou commerciaux, mais parce que les lois du marché des logiciels créent mécaniquement des monopoles. Les logiciels libres rétablissent une situation concurrentielle, bénéfique en particulier pour les utilisateurs, et viable pour les producteurs. Matra Datavision a su prendre les devants et basculer son API en Open Source tout en maintenant des équipes de développement en interne. Ce qui a eu pour effet d'assurer la pérennité du produit et d'asseoir sa maturité grâce à une communauté de développeurs. Cette dernière est, d'ores et déjà, à l'origine de l'augmentation des activités de services. A terme, la part de marché des produits installés a toute les chances de s'accroître et Open CASCADE de devenir un produit dominant. Et en informatique, le premier en action (le first mover) est très souvent le grand gagnant.

Open CASCADE : Quel est l'avenir des logiciels libres ?

Bernard Lang : Nous allons voir la généralisation des logiciels libres dans tous les secteurs de l'industrie, dans l'enseignement, etc. Je suis confiant quant à l'avenir des logiciels libres. Il s'agit d'un modèle économique viable. Néanmoins, dans certains cas précis, où un savoir faire particulier lié à un logiciel propriétaire est indispensable (logiciels métiers) ou si la communauté de développeurs est trop restreinte, les logiciels libres seront peut-être moins justifiés. Il faut également que dans certains domaines, comme la bureautique, les applications Open Source progressent, ce qui est actuellement le cas.

Pour davantage d'informations sur l'AFUL, voir http://www.aful.org.


 
 
  Careers  |
 Legal  |
Privacy  |
 
Copyright 2001 Open CASCADE - All rights reserved