Article de Linux Mag de Janvier 2002

Un stand logiciel libre au salon annuel de l'Éducation

Le salon de l'Education se tenait à Paris du 21 au 24 novembre dernier. Avec 800 000 enseignants et 12 millions d'élèves, l'Éducation Nationale n'est pas un terrain à négliger pour l'implantation de solutions logicielles. Les grands éditeurs l'ont bien compris c'est un marché colos­sal. L'aspect financier explique la présence de nombreuses entreprises. En effet, que font Coca Cola et Microsoft sur le salon de l'Éducation, si ce n'est s'assurer une place de choix sur un marché juteux? Les interrogations des élèves (et de leurs parents) sur leur orientation et leur avenir professionnels sont alors bien loin...

Un stand de promotion des logiciels libres

Mais, avec plus de 500 000 visiteurs, ce salon était aussi l'occasion de sensibiliser le public, enseignants et élèves, aux logiciels libres. Avec un petit stand dans l'espace Onisep, les logiciels libres étaient donc présents. Face au "rouleau compresseur" marketing des stands des édi­teurs propriétaires, la motivation et la bonne humeur des bénévoles du stand ont séduit. La distribution, un pinguin sous le bras, des prospectus informatifs sur Abul Edu en face du stand de Microsoft étaient un grand moment :) Avec la présence des membres d'Abul Edu, de l'April, de la Technopole de Soissons et le serveur "Mécano Linux" du collège Lamartine de Soissons ... (et j'en oublie!) le stand a atteint son objectif montrer qu'il existe des solutions logicielles alternatives, libres et de très faible coût financier. Même si beaucoup de travail reste à accomplir avant que l'accès au savoir informa­tique soit égalitaire dans l'éducation française, la machine est en marche.

Lors d'une des conférences, Yves Laborey, à la Direction de la technologie au Ministère de l'Éducation, a déclaré expliquer pourquoi les logiciels libres correspondent aux besoins. De plus, les logiciels libres garantissent aux enseignants le choix des outils pédagogiques. Bernard Lang a rappelé que l'enseignement doit rester laïc, c'est- à-dire indépendant de toute forme de pensée religieuse, politique. Mais aujourd'hui, la laïcité se définit aussi par l'indépendance face aux puissances économiques.

Les carences en logiciels éducatifs

Le point faible des logiciels libres reste la faiblesse de l'offre pédagogique. A l'initiative de Jean-Pierre Archambault (Centre National Documentation Pédagogique), une commission d'une vingtaine d'ensei­gnants s' est chargée de recenser tous les logiciels libres éducatifs existants. Les logiciels ainsi recensés correspon­dent à environ 50 % des besoins. Ils ont aussi une très bonne compatibilité avec les formats de données des logiciels propriétaires. L'offre est surtout importante dans le domaine scientifique, mais beaucoup d'autres projets cherchent aussi des développeurs bénévoles. Si coder libre est votre passion, n'hésitez pas à faire un tour sur le site. Même si les logiciels libres apparaissent sou­vent anecdotiques dans le domaine pédagogique, c'est en éduquant les enfants à utiliser des outils libres qu'on leur apprend aussi à apprécier la liberté.

Marianne Ciaudo <mciaudo@tuxfamiIy.org>

Recensememt des logiciels libres pédagogiques :  http://shalmaneser.sortilege.org/cndp/

Site de la Technopole de Soissons :  http://www.soissons-technopole.org/

Photos du stand :  http://www.april.org/~oberger/saloneduc/